Informations sur le traitement

Les seins trop volumineux peuvent être source de gêne et de problèmes de dos. La réduction mammaire va consister à retirer l'excédent de graisse, de peau et de tissu mammaire, tout en redressant le mamelon et l'aérole, qui pourra être réduite si sa taille est trop importante. La cicatrice peut se faire en ancre de marine (sous le sein et remontant au niveau de l'aréole) ou sous le sein, de manière discrète. Cette opération offre une poitrine plus petite et plus redressée, mais permet aussi de mettre fin aux problèmes de dos, de nuque et d'épaules causés par une poitrine trop importante. L'opération de réduction mammaire pourra aussi être envisagée dans le cas d'une ptose.

Durée de l'intervention
3-4 heures
Anesthésie
Générale
Hospitalisation
24 heures
Récupération
3 semaines
Effets
Immédiats
Résultats
Durables

Ce que le prix inclut habituellement

  • Première évaluation
  • Analyses
  • Traitement
  • Soutien-gorge post-opératoire
  • Visites

Avantages

  • La patiente reprend confiance en elle
  • Les problèmes de dos et de colonne dus au surplus de poids disparaît
  • Les résultats sont durables et naturels

Résultats attendus et risques

Les résultats sont immédiats car, après l'opération, la patiente ressent la réduction des seins. POur ce qui concerne les effets secondaires, il existe des risques d'infection, de problèmes de cicatrisation, de saignement, de perte de la sensibilité au niveau du mamelon et l'auréole, d'asymétrie mammaire, etc.

L'intervention

Le chirurgien fera une incision sur le pli mammaire en forme de T au travers de laquelle il pourra accéder à la graisse du sein et éliminer son excédent. Il réduira aussi la glande mammaire et éliminera le surplus de peau. Ensuite, il touchera à l'auréole et remodèlera le sein, en lui donnant l'aspect le plus naturel possible. Finalement, il suturera l'incision de manière subcutanée avec des fils résorbables.

Soins après l'intervention

La patiente devra porter un bandage sur la poitrine pendant 24 ou 48 heures. Après ce lapse de temps, le médecin conseillera l'utilisation d'un soutien-gorge post-opératoire pendant un mois. Il faudra aussi garder repos 10-15 jours pendant lesquels elle ne pourra pas réaliser certaines de ses activités quotidiennes telles que la conduite. Un mois après l'intervention, elle pourra reprendre sa routine en toute normalité et même le sport.

Contre-indications

L'opération de réduction mammaire est contre-indiquée chez les femmes avec des problèmes de coagulation ou qui présentent des maladies cardiovasculaires. Elle n'est pas non plus conseillée aux personnes qui souffrent de maladies chroniques, systémiques ou autoimmunes, ni aux femmes enceintes ou qui allaitent, ni aux mineurs. Si la patiente fume ou boît de l'alcool habituellement, elle devra consulter le spécialiste.

Les informations publiées par Multiesthetique.fr sont purement orientatives et servent à comprendre de manière générale en quoi consiste normalement un traitement. Ces informations ne doivent en aucun cas être considérées comme un conseil médical.

Expériences

Voir toutes
[Disclaimer : C'est long, préparez vos popcorns ! J'ai fait le choix de partager mon expérience par un témoignage long et détaillé car il y a beaucoup de détails que j'aurais aimé connaître avant mon opération... et que je n'ai trouvé nulle part] Je n'ai jamais aimé ma poitrine. J'en ai été complexée depuis le collège : à 13 ans, je faisais déjà un bon bonnet D. Les remarques incessantes des garçons, leurs tentatives de me tripoter « juste pour voir »... Un malaise qui remonte de loin. Cela me choque presque d'y repenser aujourd'hui en me disant que les professeurs n'ont jamais réagi alors que c'étaient bel et bien des agressions à caractère sexuel. A quasiment 14 ans et en plus de mon complexe, je me rends compte que mes seins, qui exigent désormais le port d'un soutien-gorge de bonnet E, tombent. A côté de cela, le poids de cette poitrine me provoque systématiquement de fortes douleurs dans la nuque, les épaules et le dos en fin de journée. Je n'ai même pas encore 14 ans, je ne comprends pas. Je n'ose pas en parler à ma mère et je fais mes propres recherches sur internet. Je comprends alors que je souffre d'une hypertrophie mammaire. Les photos correspondent. Elles me reflètent ce que je vois dans le miroir. J'apprends que le sport ou les crèmes ne pourront y remédier et que la seule solution est de passer par la voie chirurgicale : la réduction mammaire. Dès lors, je n'ai plus que cette idée en tête. Le problème étant à l'époque mon trop jeune âge. Quel supplice de devoir attendre 4 ans avant de pouvoir me faire opérer ! Mon image de moi ne s'est pas améliorée lorsque j'ai commencé les relations avec les garçons à l'âge de 16 ans. Je portais alors un 95F (voire 90G, selon les marques) pour 1m63. Je ne voulais jamais retirer mon soutien-gorge dans l'intimité, ce qui m'a valu de subir les crises de nerfs de certains. A 18 ans, « l'âge de la libération », je prends rendez-vous avec un chirurgien d'une clinique de banlieue parisienne. Une amie s'était faite opérer par lui pour corriger une ptôse mammaire et était plutôt satisfaite du résultat, « même si ce n'est pas parfait » comme elle me le dit. Je préfère ça plutôt que de choisir un chirurgien au pif. Finalement, je ne le trouve pas très sympathique, il n'est pas du tout arrangeant concernant le paiement et il ne m'inspire pas spécialement confiance ; je préfère donc poursuivre mes recherches. Après plusieurs relations et un séjour à l'étranger de 6 mois, ce n'est que quelques années plus tard, l'année de mes 21 ans, que je reprends mes recherches. Ce n'est pas facile d'être sûre d'avoir trouvé LE bon chirurgien et il est également difficile de se fier à 100% aux commentaires sur internet. Je prends rendez-vous avec le Dr Vincent Hunsinger à Paris. J'avais vu sur son site internet des photos avant-après qui me paraissaient satisfaisantes ; surtout concernant l'aspect des cicatrices car je suis métisse (de mère blanche et père noir) et Dieu sait ce que les peaux noires et métissées ont la cicatrisation difficile ! Dès le premier rendez-vous, il me met tout de suite à l'aise et installe une relation de confiance (en plus d'être jeune et vraiment mignon ahah). Il me montre des photos de cas similaires au mien et répond aux quelques questions que j'ai – j'en avais peu car je m'étais déjà beaucoup renseignée avant. Pour avoir droit à une prise en charge de la sécurité sociale, il faut que le chirurgien puisse enlever au minimum 300g par sein, ce qui correspond généralement à 2 bonnets. Je fais un 95F et j'hésite entre un bonnet C et un bonnet D ; finalement on se met d'accord avec le chirurgien pour dire qu'un bonnet D épousera mieux les courbes de mon corps. Etant donné que j'ai une peau métissée et que la cicatrisation peut parfois être difficile, il me propose d'utiliser une nouvelle technique afin de diminuer au maximum les cicatrices et les rendre quasi invisibles : le laser Urgo Touch. C'est un laser que le chirurgien va passer sur les cicatrices directement après l'opération quand la patiente est encore endormie. Cela représente un surcoût de 500€ mais je sais que je vais garder ces cicatrices toute ma vie donc je veux faire tout ce qui est possible pour qu'elles soient le moins visibles possible. Je décide de lui faire confiance et d'arrêter de me poser trop de questions, on cale donc une date d'opération pour le 26 juillet 2017, environ 1 mois et demi plus tard. Voilà comment se découpe le prix de l'opération dans mon cas : • prise en charge de la sécu : 392.48€ • dépassement d'honoraires du Dr Hunsinger : 2700€ (laser Urgo Touch compris) • dépassement d'honoraires de l'anesthésiste : 450€. Il me restait donc 3150€ à ma charge. Le chirurgien a été très arrangeant et a accepté un paiement en 3 fois, l'anesthésiste aussi. Ma mutuelle ne rembourse l'opération qu'à hauteur de 600€ environ mais j'ai entendu dire que certaines mutuelles remboursaient jusqu'à 1500€, donc renseignez-vous bien. Il faut aussi savoir que l'opération peut manifestement être presque entièrement prise en charge si vous vous faîtes opérer dans un hôpital public (je l'ai appris après). Toutefois les délais pour les rendez-vous seront plus longs et il est difficile de connaître exactement la compétence des chirurgiens concernant le résultat final. C'est une question de choix. LE MOIS AVANT L'OPERATION : Je suis fumeuse depuis 1 ans et avec le stress des examens j'en étais à fumer environ 15 cigarettes par jour, quand je n'allais pas boire des coups avec mes amis – ça pouvait alors être bien plus. Le chirurgien me l'a bien dit : arrêt strict du tabac au minimum 1 mois avant et 1 mois après l'opération. Un vrai challenge ! Mais nécessaire si je veux éviter au maximum les risques d'infections ou de nécrose ainsi qu'une cicatrisation difficile et tardive. Je parviens à trouver la motivation d'arrêter environ 30 jours avant la date de l'opération. Bon, en réalité je me suis laissée submergée par l'envie de fumer 3 fois lors de ce mois, dont la dernière fois 4 jours avant l'opération. Mais je me dis que c'est mieux que rien ! Je suppose que ce ne sont pas 3 malheureuses clopes qui auront foutu en l'air tous mes efforts... même si ce n'est pas non plus l'idéal. Je conseille aux fumeuses qui me lisent de s'y prendre plus à l'avance que moi car il peut être dur d'arrêter d'un coup de la sorte. Et dans le cas où vous n'y arriveriez pas, il ne faut absolument pas fumer moins de 48h avant l'opération. J'avais d'ailleurs acheté une cigarette électronique pour m'aider à arrêter mais je précise que la nicotine est interdite au même titre que le tabac car elle est grandement préjudiciable à la cicatrisation. Pour utiliser cette alternative il faut donc que ce soit sans nicotine : pour être honnête cela ne soulage pas vraiment les envies, mais c'est mieux que rien. Il est généralement conseillé de perdre du poids avant l'opération ou du moins de se stabiliser à son poids idéal car une prise ou perte de poids après l'opération peut altérer le résultat. Je m'étais donc mis en tête de perdre 6 ou 7 kilos avant l'opération, toutefois je devais déjà gérer l'arrêt de la cigarette et il était donc très difficile de trouver le « willpower » pour mener ces deux combats de front. Avec la pression que je m'étais mise, j'ai même pris 1kg... Je conseille donc à toutes les femmes voulant effectuer une réduction mammaire de s'y prendre à l'avance et de stabiliser leur poids avant. Je compte tout de même perdre du poids après l'opération mais je devrai faire très attention et je sais que cela sera beaucoup plus long. Effectivement, le problème n'est pas tant de perdre du poids mais de perdre du poids trop rapidement. En perdant par exemple 1 kg par mois, a priori la peau a le temps de se replacer et cela ne devrait pas être trop dommageable pour le résultat (je vous ferai part de mon évolution dans les prochains mois!). Pendant le mois précédant l'opération, il y a plusieurs choses à faire et dépenses à prendre en compte : mammographie, analyses de sang, commande d'un soutien-gorge de contention ainsi que de bas de contention, rendez-vous avec l’anesthésiste, 2e rendez-vous avec le chirurgien quelques jours avant l'opération pour être sûr que tout est clair et poser d'éventuelles questions. Il faut donc prévoir dans votre budget tous ces surcoûts. Dans mon cas : • Malgré l'ordonnance du chirurgien, la mammographie m'a coûtée plus de 80€ ; j'avais oublié ma carte vitale et la personne de l'accueil m'a dit que de toute façon ce n'était pas pris en charge par la sécu. Elle ne m'a donc donné ni feuille de soins ni facture. Je me demande si je ne me suis pas un peu faite arnaquer ? Ahah. Si j'avais demandé une facture, j'aurais sans doute au moins pu me faire rembourser en partie par ma mutuelle. Renseignez-vous à l'avance concernant le centre de radiologie où vous allez faire votre mammographie ! • Les analyses de sang ont coûté plus de 90€. La biologiste, d'ailleurs très désagréable, a refusé de me le faire passer en tiers-payant car sur mon ordonnance, il y avait écrit sous le nom du chirurgien : « chirurgie plastique, reconstructrice et esthétique ». Malgré ma tentative de lui expliquer que c'était de la chirurgie reconstructrice prise en charge par la sécu, elle me disait qu'elle ne pouvait pas être sûre qu'il ne s'agissait pas de chirurgie esthétique car ce n'était pas précisé sur l'ordonnance. J'ai donc été obligée d'avancer les frais. Elle m'a quand même fait une feuille de soins mais je vais être obligée d'attendre plusieurs semaines avant d'être remboursées (vive les sécu étudiantes!). Même conseil, appelez le laboratoire d'analyses à l'avance pour être bien sûre qu'ils ne vous fassent pas le même coup. Le laboratoire où je suis allée était celui situé en face du métro Chevaleret à Paris. A éviter absolument! • Le soutien-gorge de contention (Cereneasy Cerecare triple agrafage) a coûté 57€ (non remboursé par la sécu). J'ai envoyé la facture et l'ordonnance à la mutuelle pour voir s'ils peuvent me rembourser quelque chose. • Les bas de contention et la Bétadine (pour la douche pré-opératoire) sont entièrement remboursés par la sécu. • Le rendez-vous avec l'anesthésiste a coûté 60€. Chaque rendez-vous avec le chirurgien a coûté 90€ (donc 180€ en tout, une petite partie seulement est remboursée par la sécu). Quelques jours avant l'opération j'ai un petit coup de blues ; cela est apparemment assez fréquent. Restez avec votre famille ou vos amis dans ces moments-là ! Et sachez que vous prenez la bonne décision. LA VEILLE DE L'OPERATION : Je me relaxe et passe du temps avec ma famille. Le soir, douche à la Bétadine obligatoire, en insistant bien sur les cheveux, nombril, etc. Peut-être à cause de l'appréhension, je n'arrive pas à dormir et passe une nuit blanche. Jeun obligatoire à partir de minuit. LE JOUR DE L'OPERATION : Re-douche obligatoire à la Bétadine le matin de l'opération. J'arrive à la clinique à 9h15. On m'installe dans ma chambre et une fois déshabillée et les vêtements opératoires enfilés (ainsi que les bas de contention), j'attends patiemment mais nerveusement. Je me rends compte que c'est la dernière fois que je portais le soutien-gorge que je viens d'enlever. Je dois me faire opérer à 10h30. Autour de 10h, le chirurgien vient faire sur ma poitrine les dessins qui lui serviront de repères pour l'opération. J'étais stressée mais il a été vraiment très rassurant et a su répondre à mes questions et angoisses de dernière minute (love forever sur lui). Je patiente encore quelques minutes et ça y est, on m'emmène au bloc opératoire. Anesthésie générale oblige, je m'endors en quelques secondes. L'opération dure environ 2h. J'ouvre les yeux quelques heures plus tard en salle de réveil. Je suis complètement dans le flou et j'ai assez mal, j'essaie d'interpeller une infirmière mais j'ai du mal à parler et elle ne comprend rien à ce que je dis. Je prends une inspiration et me concentre sur les mots qui vont sortir de ma bouche : « J'AI MAL ! » Elle m'augmente la dose d'anti-douleurs. Un peu plus tard, on me remmène dans ma chambre. J'ai encore mal, je le dis à une autre infirmière, elle augmente de nouveau la dose d'anti-douleurs dans la perfusion. La douleur s'estompe un peu mais il ne sera pas possible d'atteindre une douleur zéro. Je suis épuisée, je somnole. Ma mère arrive autour de 18h. L'infirmière me donne à boire un verre d'eau (enfin!) et me demande de me lever et d'essayer de marcher. J'y vais doucement mais j'y arrive sans aide et je n'ai pas la tête qui tourne. J'arrive à faire pipi. On me donne une collation et j'arrive à manger un yaourt. Le soutien-gorge de contention avait déjà été enfilé juste après l'opération, par-dessus les pansements, lorsque j'étais encore endormie. Je n'ai pas de drains (mon chirurgien n'en utilise pas et tant mieux!). Je touche le haut de ma poitrine qui n'a jamais été aussi ferme. Dans le miroir de la salle de bains, j'admire le changement de volume et cette nouvelle poitrine que j'aime déjà. Passer d'un 95F tombant à 95D bien ferme, ce n'est pas rien. Le chirurgien revient me voir et me dit que l'opération s'est très bien passée. Il me fait une ordonnance pour les antalgiques, les pansements et l'infirmière ; et me souhaite une bonne convalescence. J'avais le choix de rester à la clinique une nuit ou bien de rentrer chez moi le soir-même à condition que tout aille bien (opération dite en ambulatoire) ; j'ai préféré rentrer chez moi, on me laisse partir autour de 19h. Enfin je rentre chez ma mère, car je savais que vivre seule les premiers temps serait compliqué : interdiction de porter des choses lourdes pendant minimum 2 semaines donc impossibilité de faire les courses soi-même, et il y a aussi la douleur à prendre en compte... Je suis complètement épuisée et après avoir seulement mangé un fruit, je vais me coucher et m'endors directement ! J+1 : Après m'être levée, je vais à la pharmacie (accompagnée de mon petit frère venu pour m'aider car j'ai un peu de mal à marcher) afin d'aller acheter les antalgiques, les pansements et obtenir le numéro d'une infirmière. En effet, une infirmière doit passer changer les pansements dès le lendemain de l'opération et tous les jours jusqu'à cicatrisation. Par contre, c'est à moi d'enlever les pansements et de prendre ma douche en lavant délicatement les cicatrices avec un savon doux. Une infirmière va venir l'après-midi, je dois donc commencer à me préparer -et je sais que cela me prendra du temps. Quelle angoisse ! J'enlève le soutien-gorge de contention (j'ai l'impression que mes seins vont tomber par terre mais non) et je découvre les pansements plein de sang : la panique. Je respire et me résous à commencer à les enlever, cela me prendra une demi-heure. Finalement et malgré les pansements ensanglantés, les cicatrices sont propres et nettes, ça ne coule pas (voir les photos). J'avais pris mes médicaments un peu plus tôt donc je n'ai pas spécialement mal. Je ressens une certaine tension dans les seins, ce qui est normal. Je découvre ma nouvelle poitrine : toute ronde, les seins bien hauts et très bombés, on croirait des faux seins ! Heureusement que ça ne va pas durer, ils vont par la suite dégonfler un peu et prendre un galbe naturel. Epreuve suivante : la douche. Je suis très très angoissée. Je prends un peu de temps à me lancer, finalement j'y vais doucement mais ça ne fait pas du tout mal. La zone entourant les cicatrices est presque insensible après l'opération. Je nettoie doucement avec le savon doux acheté à la pharmacie, je rince et je sèche délicatement avec une serviette propre. L'infirmière arrive, elle désinfecte les cicatrices et met de nouveaux pansements avant de m'aider à remettre le soutien-gorge de contention, que je dois porter nuit et jour pendant 1 mois. Elle me dit que c'est du très beau travail. LES JOURS SUIVANTS : L'infirmière continue à venir changer les pansements tous les matins. La cicatrisation se passe très bien, pas d'infection en vue. Parallèlement, j'ai commencé à prendre les pilules Protéochoc du labo Pileje pour aider à la cicatrisation – j'étais un peu sceptique mais les ecchymoses que j'avais ont disparu en 2 jours avec. Je fais attention à mon alimentation en mangeant plus de fruits et légumes et en évitant les sucres, chocolats et alcools qui peuvent être préjudiciables à la cicatrisation. L'infirmière a arrêté les pansements depuis J+9 car ils étaient propres, elle se contente depuis de désinfecter et mettre des compresses afin que la peau puisse respirer. En revanche j'ai la peau des seins qui pèle depuis J+10 : la poitrine était très tendue juste après l'opération et maintenant que la peau s'assouplit, elle pèle. Je fais ma mue de serpent ! J+12 : rendez-vous post-opératoire. Tout est très bien. Les seins ont déjà dégonflé pour laisser place à un aspect plus naturel. La remplaçante du chirurgien (lui est parti en congés) me conseille simplement de mettre de la vaseline sur les zones qui pèlent après avoir lavé et désinfecté, et ensuite d'appliquer les compresses. Le passage de l'infirmière n'est plus nécessaire, désormais je m'en occuperai toute seule (mais c'est un peu galère). Il est encore un peu tôt pour appliquer de la crème cicatrisante, il va falloir attendre encore. Je publie ce témoignage à J+14 ; j’actualiserai mon expérience au fil du temps avec des photos :) N'hésitez pas si vous avez des questions, je me ferai un plaisir d'y répondre ! Ce qui est sûr est que pour l'instant je suis vraiment satisfaite de mon opération et du travail du Dr Hunsinger (je le recommande +++), c'est un pur bonheur !
1 commentaire
20 ans .54 kg... 100 EE !! Tout est dit ! Complexes ... Finis les maillots, la piscine, la plage ! La danse .... La vie ... A 24 ans je décide la réduction mammaire Et c est la resurection !!! Pas de douleurs, un effet super naturel et une silhouette affinée immédiatement ! Aujourd'hui 30 ans apres rien n a changé ! J ai toujours une très belle poitrine même sans soutien gorge Vraiment sans hésitation
18 commentaires
J'avais une très grosse poitrine et j'étais toujours obligée de m'habiller avec deux tailles au dessus. Du coup tout était trop grand et j'étais toujours complexée. Avant l'opération j'avais peur de l'anesthésie mais c'est tout, car j'étais en confiance avec le chirurgien. Après l'opération que du bonheur!!!!!! J'aurais du la faire bien avant!!!!!! Ravis!!!!
10 commentaires
Je souhaite partager avec vous tout mon parcours pour les intéressées. Je serais à l'écoute de toutes questions et j'y rrépondrais très sérieusement. N'hésitaient pas à venir me poser des questions je suis la pour sa. vous trouverez ci-joint une photo d'une partie de mes cicatrices ce n'est pas très beau à voir et cela ne veux pas dire que j'ai été ratée.
27 commentaires
Je souhaitais me faire opérer pour ne plus avoir mal au dos et au cervicales. Je me suis fait opérer sur lyon en espérant être mieux niveau santé car ma poitrine était trop imposante Je fessais quand même un 115 E actuellement j'ai un 95B et non un 95C comme sa devait être au résultat finale. Pour vous expliquer j'ai eu contracter une bactérie qui s'attrape que dans les hôpitaux.(le germe psedomonas). Après l'opération j'ai fait pratiquer les soins par une infirmière et je voyait mon chirurgien tous les 15 jours pour suivre la cicatrisation qui se faisait très mal . c'est au bout de 3mois que le chirurgien m'a prescrit une ordonnance pour faire un prélèvement en laboratoire d'analyse pour s'apercevoir que j'avait ce germe dans mon seins . Suite à sa je n'était pas bien du tout moralement J'ai donc juger que ce chirurgien n'étais pas bon. J'avais entamer des démarches pour de préjudices et dommages corporels mais cela n'a rien donné J'avais été expertisé sur Marseille pour faire admettre l'erreur du chirurgien de lyon. Et vous savez ce qu' on m'a répondu l'erreur médicale existe et que c'était possible de réparer votre poitrine Mais que fallait que je repaye encore j'ai trouvé sa honteux ,aberrant Ce n'est pas normale de repayer pour une erreur médicale. Donc mesdames avant de faire cette acte medicale réfléchissez sur le choix du chirurgien ,renseignez vous un maximum
26 commentaires

Depuis toujours j ai été complexe avec ma forte poitrine déjà à l école quand les copine était au brassière g t déjà au soutifs grande taille ce qui a empire avec les grossesse et la prise de poids je me suis donc décidé à consulter le Dr Delaunay à la clinique de l Europe à Rouen un excellent chirurgien très à l écoute des gens je l es rencontrer pr la 1ere fois le 16janvier il a programme la date d intervention au 22 mars tt en prescrivant avant une mammographie un.bilan sanguin et une consultation anesthésiste tt à été très vite il a retiré plus de 2kg je suis passé d un 105f voir g à un 100c voir petit d franchement je revis plus de mal de dos et malgré qq soucis de cicatrisation du à de la fibrine qu il a très bien géré en me suivant 2x la semaine franchement c que du bonheur un conseil foncez les filles vraiment aucune douleur en plus et quel bonheur de passe d une taille xl voir xxl en tee short à un l

1 commentaire

Thèmes du forum

Voir tout
Discussions Messages Dernier message
15 Hier 15:26
4 14 août 2017
Reduction mammaire urgent
Harissa · Livry-Gargan
Harissa 25 27 juil. 2017
25 27 juil. 2017

Vidéos

Voir tout
La réduction mammaire 20 janv. 2015

Lorsque la poitrine est trop imposante, les femmes peuvent souffrir du dos, du cou et du rachis cervical. La réduction mammaire permet de réduire le volume du sein, ce qui soulage immédiatement la patiente.

Dr Paul Seknadje
Questions aux médecins

questions

Voir toutes

Bonjour, J'ai été opérée d'une réduction mammaire il y a 18 jours. J'ai arrêté de fumer quelques semaines avant l'opération (même si parfois j'ai craqué et fumé en tout 3 fois durant le mois pré-opératoire) . Hier, j'ai à nouveau craqué et fumé une cigarette. Est-ce qu'une ou deux cigarettes fumées peuvent avoir un impact significatif sur la cicatrisation ? Je suis peut-être un peu parano mais je ne pense qu'à ça et cela m'inquiète. Merci d'avance :)

Vous n'avez pas encore de réponses

Les seins gros et tombants,je souhaite une intervention,par contrej'ai beaucoup de mastose,cela sera t-il possible et est-ce qu'il y a possibilité de les oter?

Vous n'avez pas encore de réponses

Jai des problèmes de dos , mon médecin m'a conseillé de faire du sport car j'ai une forte poitrine (je fais un bonnet D) ce que j'ai fais mais le sport n'a rien changer j'ai toujours mal au dos et de plus le bas de mes sein sont comme brûler j'ai la peau qui est irrité et sa me fais énormément mal , est-il possible de passer d'un bonnet D a un bonnet C en étant remboursés par la sécurité sociale et si oui quel sont les démarche ?

Vous n'avez pas encore de réponses

Bonjour, j ai été opérée il y a 40 ans d une hypertrophie mammaire réduction pris en charge par la sécu. Aujourd hui, les soutiens-gorge me font mal, jé souffre du dos et des Que j enlevé le soutien gorge les seins sont tellement bas, que je les soutiens Avec mes bras. Pensez vous que l'opération pour les remonter et les diminuer un peu (je ne sais pas si on m enlèverait 300gr par sein) serait prise en charge ? Et Si oui comment faire ? Je n ai pas les moyens de me payee l intervention. Dans l attente de votre réponse

Bonjour, la prise en charge sécurité sociale est valable que si l'on peut justifier retirer 300 grs par seins je vous conseille de prendre un RDV avec un Chirurgien qui sera mieux à même de vous conseiller. CDT Docteur Foussadier ... En savoir plus

1 réponse En savoir plus

Articles

Voir tout

Galeries

Voir toutes
Réduction mammaire
Réduction mammaire 28 juin 2017

Technique avec cicatrices en T

Dr Calin Lazar
Réduction mammaire
Réduction mammaire 28 juin 2017

Technique avec cicatrices en T

Dr Calin Lazar

Cabinets

Voir tout

Dr Adel Louafi

Le Dr Adel Louafi, chirurgien esthétique à Paris, assure un suivi personnalisé pour chaque patient. Vous êtes en direct avec votre chirurgien avant, pendant et après l'opération. Professionalisme et sécurité sont les maîtres mots du Dr Louafi qui vous propose des techniques récentes, modernes et sûres, pour un résultat naturel.SpécialitésLe Dr Adel Louafi est spécialiste en chirurgie esthetique du visage, en Chirurgie esthetique des seins, en Chirurgie esthetique de la silhouette, en Chirurgie intime homme/femme et techniques de médecine esthétique. Ses compétences techniques et humaines lui permettent d'ajuster votre silhouette en fonction de vos propres besoins.LocalisationLe Dr Adel Louafi vous acueille dans son cabinet du 7ème arrondissement de Paris et opère dans des cliniques agréées par la Haute Autorité de Santé pour la chirurgie esthétique. Pour la Chirurgie Réparatrice: les frais de séjour et de bloc opératoire sont pris en charge directement par la sécuité sociale, les Honoraires du Chirurgien et de l'Anesthésiste peuvent être pris en charge en fonction de votre contrat de mutuelle.Le Dr Adel Louafi est inscrit au conseil de l'Ordre des médecins.

Paris (Ville) Paris

Cleage

Le centre Cleage utilise l'anti-aging clinic, un concept médical unique orienté vers la prise en charge personnalisée de troubles métaboliques et des dysfonctionnement liés à l'age, associé à la pratique des techniques de médecine esthétique.Notre plateforme médicale offre une prise en charge complète :équipe médicale pluridisciplinaire experte en médecine fonctionnelle et nutritionnelle,équipe pluridisciplinaire rompue aux techniques de médecine esthétiques (comblement par acide hyaluronique, traitement par toxine botulique ou botox, peeling, mésolift,…),centre de lasers médicaux possédant des lasers de haute technologie: traitement du vieillissement cutané (relâchement, rides), remodelage de la silhouette,cellulite, vergetures, cicatrices…laboratoire de biologie pour vos bilans personnalisés: pour faciliter vos démarches.Cleage propose de réaliser directement les prélèvements sanguins nécessaires destinés aux bilans biologiques au sein même de l'établissement. A cet effet, une infirmière diplômée d'état se tient à votre disposition sur rendez vous le matin de 8h00 à 9h30.Nous travaillons en collaboration avec le laboratoire Barbier, spécialisé dans l'analyse et le dosage des parametres biologiques, et dans la réalisation de bilan biologiques de prévention. L'évaluation du statut nutritionnel d'un patient est à la base d'une médecine préventive et personnalisée qui a comme objectif la santé optimale du patient.Notre équipe médicale pluridisciplinaire est composée de praticiens expérimentés possédant des diplômes reconnus par le conseil national de l'ordre des médecins : DIU de médecine morphologique et anti-âge, DIUE de lasers médicaux, DU de nutrition, DU de micro nutritionn du Collège National de Médecine Esthétique, Ancien chef de clinique, assistant des hôpitaux.Les médecins du centre laser esthétique anti-âge Cleage sont membres des syndicats et sociétés savantes suivantes : l'association fançaise de médecine esthétique (AFME), la société française de médecine morphologique et anti-âge (SOFMMAA) contribuant en plus des différents congrès internationaux à l'amélioration des connaissances des médecins.Le centre Cleage a su réunir toutes les compétences au même endroit pour pouvoir tout proposer. Ainsi toutes les techniques de médecine esthétique, chirurgie esthétique, esthétique dentaire sont présentes. Mais également des consultations médicales en médecine anti-âge et nutrition.Cleage s'occupe de l'extérieur mais également de l'intérieur. Le but ultime étant de bien vieillir : avoir une immunité et des défenses efficaces, améliorer votre mémoire et garder vos fonctions cérébrales resculpter votre corps et réduire votre masse graisseuses, avoir une bonne sexualité satisfaisante, avoir un bon sommeil réparateur, et renverser notre vieillissement cellulaire. Le centre Cleage vous propose des garanties gage de confiance, de transparence conforme aux données de la science et en accord avec le code de déontoklogie médical.Nos garanties :Nos praticiens sont compétents et expérimentésNos produits et dispositifs médicaux utilisés sont gage de transparence, sécurité,d'efficacité et de traçabilité. Nos méthodes et actes médicaux prodigués sont gage d'excellence.Notre philosophie de la médecine esthétique, une relation de confiance naturel et harmonie, un résultat naturel harmonieux et une beauté expressive, vous guider, vous conseiller, et vous satisfaire.Cleage a la particularité d'être le seul centre à Lyon à réunir au même endroit les différentes compétences pour lutter efficacement contre les méfaits du temps. Il dispose pour cela d'un plateau technique laser complet, de praticiens compétents, médecins esthétiques, chirurgiens esthétiques, dentistes esthétiques, orthodontistes, médecin anti-âge, nutritionniste, ainsi qu'un centre de formation.

Lyon Rhône

Clinique des Champs-Elysées

La Clinique des Champs-Elysées est un établissement consacré à la médecine et à la chirurgie esthétique depuis 1946. La Clinique des Champs-Elysées est le plus grand établissement esthétique d'Europe. Nous accueillons depuis plus de 60 ans une clientèle française et internationale. La Clinique propose des soins et des interventions auréolées de la « French touch », cette signature glamour, discrète, naturelle et raffinée si recherchée. Les actes pratiqués, efficaces, rapides, confortables, peu ou pas invasifs et pérennes, répondent avec précision aux problèmes esthétiques de chaque femme et de chaque homme soucieux de son apparence et de son bien-être.SpécialitésLes points forts de la Clinique des Champs-Elysées sont : En chirurgie esthétique, le développement des interventions sous anesthésie locale en ambulatoire avec une petite éviction sociale, comme par exemple la liposuccion douce ou la blépharoplastie des paupières supérieures. En chirurgie capillaire, la technique FUE sans cicatrice en complément de la greffe de cheveux avec la technique de la bandelette. En médecine esthétique, des techniques de rajeunissement douces, pas ou peu invasives avec un résultat naturel, réversible et non définitif. Un centre laser avec des appareils de dernière génération comme par exemple le laser Fraxel Dual Restore, le Thermage CPT, le Liposonix.LocalisationLa Clinique des Champs-Elysées, basée dans le 8ème arrondissement de Paris, met à votre service une équipe de 90 chirurgiens et médecins qualifiés et expérimentés, des assistantes médicales à votre écoute tout au long de votre parcours, un personnel infirmier professionnel et dévoué à votre bien-être, des blocs opératoires conformes aux normes de sécurité et un service de prise de rendez-vous en ligne disponible 24H/24H.La Clinique réalise chaque mois plus de 450 interventions en chirurgie esthétique, plus de 600 actes en médecine esthétique et plus de 50 greffes en chirurgie capillaire.

Paris (Ville) Paris