Pourquoi j'ai décidé de me soumettre à une rhinoplastie - Témoignage

Pourquoi j'ai décidé de me soumettre à une rhinoplastie - Témoignage
Julie Fourneau
Julie Fourneau
Après ses études en journalisme, Julie a commencé à travailler en tant que rédactrice, concentrant ses intérêts sur des questions liées au monde de la chirurgie plastique et de la médecine esthétique.
Création : 15 avril 2014 · Actualisation : 27 juin 2019

Irène* est une jeune femme de 31 ans qui a passé toute son adolescence et le début de l'âge adulte en conflit avec son nez. Elle nous raconte aujourd'hui son parcours, qui l'a conduit à prendre la décision de se soumettre à une rhinoplastie après plusieurs années de réflexion.

Pourquoi est-ce que je n'ai jamais accepté mon nez ? Aussi loin que je me souvienne, je l'ai toujours considéré comme mon ennemi. Ce n'était pas seulement une partie de mon visage : je lui ai toujours attribué la responsabilité d'une grande partie de mes problèmes. Mes amis me disaient qu'il était très bien comme ça, qu'il me donnait de la personnalité, que chaque visage a le nez qui lui va... Pour moi, il s'agissait d'un élément étranger, qui n'avait rien à voir avec moi ou ma personnalité. D'ailleurs, quel est le rapport entre un nez et la personnalité de quelqu'un ?

Chaque fois que je rencontrais quelqu'un, j'avais l'impression que mon nez était le protagoniste, toujours au centre de l'attention, unique souvenir que gardaient de moi ces personnes. Le matin, en me lavant le visage, il était là. Pendant que je me préparais pour aller en cours, ou plus tard pour aller au travail, il était là. Dans le miroir de l'ascenseur, dans le reflet des vitrines, il était là. Avant de sortir le week-end, en essayant de me faire belle, il était encore et toujours là, m'empêchant de me trouver jolie quoi que je fasse. Maquillage centré sur les yeux, pour essayer de "le" cacher, cheveux longs et volumineux, décolletés, jupes courtes... Je ne compte pas les astuces que j'ai essayé pour "le" faire disparaître. Mais impossible de s'en débarrasser, je ne voyais que lui.

Quand et pourquoi j'ai décidé de me faire opérer

Pendant 29 ans, j'ai vécu avec ce nez que je détestais, un défaut qui me pourrissait la vie. J'ai pensé plus d'une fois à la rhinoplastie, mais sans oser faire la démarche pour prendre un rendez-vous avec un spécialiste. Ce sont les problèmes de respiration, qui se sont ajoutés à mon complexe et problème esthétique, qui m'ont amenée à prendre cette décision.

Ma cloison nasale était déviée et l'hypertrophie des cornets ne me laissait pas respirer par le nez. Du coup, mon nez coulait et j'avais, en permanence, des maux de gorge et d'autres tracas liés au mauvais fonctionnement des cornets. Le temps du changement était arrivé.

La relation avec mon chirurgien

Je me suis tournée vers un médecin spécialisé en chirurgie plastique, reconstructive et esthétique qui m'a été recommandé par une amie de ma mère. Il a été très avenant et aimable et a montré un intérêt humain qui allait au-delà de la relation patient-médecin. Il a tout de suite compris les années de souffrance et mal-être que je venais de parcourir. Pendant la première visite, il m'a expliqué que mon nez pouvait être corrigé en redressant la cloison, en diminuant la bosse et en remodelant la pointe.

Lorsque je lui ai demandé s'il était possible de voir une projection du résultat, il m'a dit préférer ne pas le faire, parce que le résultat d'une projection ne coïncide pas forcément avec le résultat réel. Après avoir réalisé tous les tests nécessaires, j'ai subi l'intervention deux mois plus tard, il y a maintenant un peu plus d'un an.

Peur de l'intervention ? Non, peur du résultat !

Ma plus grande crainte ne concernait pas l'opération en elle-même mais son résultat. Et si je n'aimais pas non plus mon nouveau nez ? Et si je ne me reconnaissais pas ? Les jours précédents l'opération, j'ai regardé des centaines de photos de nez sur Internet, je suis aussi bien tombée sur des nez parfaits que sur des photos terrifiantes... Je me consolais en pensant aux photos que m'avait montré mon médecin, des visages dotés de nez harmonieux et bien définis.

L'intervention

L'opération a eu lieu dans une clinique privée, en ambulatoire, sous anesthésie locale et sédation. Dans le bloc opératoire, étaient présents mon chirurgien, un anesthésiste, les infirmières et l'instrumentiste. Mon chirurgien a utilisé la technique de la rhinoplastie fermée et a réalisé une incision dans le cartilage. Il s'agit d'une technique indolore et sans aucune perte de sang.

Le chirurgien a réalisé une gibbectomie, la révision du cartilage alaire et triangulaire et une ostéotomie basale pour réduire la cavité nasale, le tout en moins d'une heure. Pendant l'opération, mon médecin m'expliquait les différentes étapes : je l'écoutais avec attention, je lui posais des questions, je répondais aux siennes, sans sentir de douleur ni d'anxiété. Après environ trois heures, c'était terminé.

Les premiers jours après l'opération

Étonnamment, les heures qui ont suivi l'opération n'ont pas été trop difficiles. La douleur que je ressentais ressemblait plutôt à un mauvais rhume, alors j'ai juste dû prendre du paracétamol pour le mal de tête, probablement causé par l'anesthésie. Le lendemain, ça allait déjà beaucoup mieux.

Je pouvais déjà deviner la nouvelle forme de mon nez, malgré les pansements et l'atelle. J'avais la sensation qu'il était extrêmement fragile... Au cours des premières nuits, le seul problème à signaler était le fait de devoir respirer par la bouche, ce qui asséchait ma gorge et me réveillait constamment.

Après 4 jours, on m'a enlevé les pensements. C'était un peu dégoûtant (sang coagulé mélangé aux mucosités) mais, heureusement, ça passe vite. Après 10 jours, on m'a enlevé l'atelle. Les premiers jours, j'avais de nombreuses ecchymoses sous les yeux puis l'hématome est passé sur les joues.

Les premières impressions

Accompagnée par ma mère, je suis allé au cabinet du chirurgien pour pouvoir enfin découvrir mon nouveau visage. Je dois dire que ça a été un choc. Mon visage et mon nez étaient encore gonflés, ce n'était pas aussi beau et fin que ce que j'avais imaginé. En plus d'être gonflée, la pointe du nez remontait légèrement vers le haut... J'ai dû m'asseoir, parce que j'avais peur de m'évanouir. Mon médecin m'a tout de suite rassurée en m'expliquant que le nez allait dégonfler et que la pointe se trouverait à la bonne place. Il fallait juste être patiente.

Sur le chemin du retour, je me regardais dans le miroir de la voiture et j'avais l'impression d'avoir perdu une partie de mon ADN car le nez que je détestais tant était le trait commun entre mes trois soeurs et moi-même... Heureusement, le lendemain, j'ai commencé à me sentir mieux. En m'observant sans arrêt, en demandant à mon entourage de me prendre en photo sous tous les angles possibles et en écoutant les commentaires positifs de ma famille et de mes amis, j'ai commencé à voir au-delà de la transformation et je me suis sentie soulagée. Tout le monde a souligné à quel point le résultat était naturel. Mon vieux nez crochu ne manquait à personne et mes soeurs m'ont dit que ce nouveau nez était simplement parfait pour moi.

La récupération post-opératoire

La période post-opératoire s'est bien passée, elle a été rapide et facile. J'ai ressenti un peu de gêne à cause des points intérieurs mais rien d'autre. À peine deux semaines après l'opération, plus acune trace extérieure de l'intervention. Cependant, l'apparence de mon nez a continué à évoluer pendant plusieurs mois, s'ajustant et s'adaptant à la morphologie de mon visage.

Toutefois, je n'ai pas pu porter de lunettes pendant plusieurs mois et, pendant l'été qui a suivi la rhinoplastie, j'ai dû porter un beau chapeau de paille constamment pour ne pas exposer mon visage au soleil. J'ai également appliqué avec discipline une crème hydratante prescrite par mon médecin pour prévenir l'apparition des rides d'expression.

Si c'était à refaire, je le referais sans hésiter...

Aujourd'hui, plus d'un an après l'intervention, je peux dire que je ne regrette absolument pas d'avoir fait cette opération. Je suis absolument sous le charme de mon nouveau profil, je suis beaucoup plus souriante et ouverte qu'avant. Je ne regrette qu'une seule chose : avoir attendu si longtemps ! Je me suis sentie moche et complexée pendant tellement d'années... Aujourd'hui, si quelqu'un me regarde, je ne pense pas qu'il regarde mon horrible et misérable nez crochu. Pour la première fois de ma vie, j'ai les cheveux courts et, révélation, j'ai toujours une très forte personnalité !

Mon parcours a été long et réfléchit, sans précipitations. Je pense qu'on ne doit se soumettre à une opération de ce genre que si l'on est absolument sûr de soi, de son médecin, du type d'intervention proposé, etc. Il faut trouver le médecin qui nous convient, lui demander toutes les informations nécessaires et lui poser toutes les questions qui nous passent par la tête.

Il faut également savoir que le cartilage a une mémoire et que pendant la première année après l'opération, le nez peut récupérer certains traits génétiques qui le caractérisaient avant l'opération. Il faudra parler avec votre médecin pour prévenir au mieux cette possibilité.

(*Nom fictif, pour protéger l'anonymat de la jeune femme qui a décidé, de son propre chef, de partager son expérience avec les utilisateurs de Multiesthetique.fr. Ce témoignage ne prétend pas être autre chose que ce qu'il est : le récit du parcours personnel d'une jeune femme, réalisé à la première personne (tel qu'il nous a été envoyé). Il ne s'agit en aucun cas d'un article qui prétend encourager qui que ce soit à réaliser le même type d'intervention, ni d'un article qui prétend offrir toutes les informations concernant la rhinoplastie. Chaque patient est un cas particulier et c'est son chirurgien qui sera en mesure de définir, avec lui, les conditions particulières de sa situation.)

Obtenez votre devis en un clic
Nous vous informons gratuitement !

Le contenu publié sur Multiesthetique.fr (site web et App) ne peut en aucun cas remplacer les informations fournies individuellement par un spécialiste en chirurgie esthétique et en médecine ou dans des domaines connexes. Ce contenu est purement indicatif et ne constitue pas un avis médical ni un service médical de référence. Nous faisons des efforts constants pour maintenir un haut niveau et une grande précision quant aux informations fournies. Toutefois, la précision et l'adéquation des informations contenues ou liées ne sont pas garanties. Multiesthetique.fr ne fait l'apologie d'aucun traitement médical spécifique, produit commercial ou service.