Mathilde Haroche
Mathilde Haroche
Diplômée en communication d'une école de mode et d'art de vivre, Mathilde est passionnée par l'esthétique et se dédie aujourd'hui à la rédaction d'articles de chirurgie et de médecine esthétique.

Sommaire

  • Les causes du gonflement des jambes
  • Symptômes
  • Facteurs de risque
  • Traitements
  • Bibliographie
Accumulation de liquide

Accumulation de liquide 

Les causes du gonflement des jambes

Les facteurs qui provoquent le gonflement des jambes varient en fonction de leur gravité et peuvent être de nature différente, mais ils dépendent souvent de deux causes principales :

Accumulation de liquide : la rétention d'eau - ou œdème périphérique - peut être due à un problème de circulation veineuse, du système lymphatique ou des reins. Cependant, il n'est pas toujours aussi évident qu'il doit y avoir un dysfonctionnement cardiovasculaire à l'origine de ces gonflements, en fait même le surpoids, la sédentarité, le fait de passer trop de temps debout, certains médicaments ou le port de pantalons ou de leggings trop serrés peuvent provoquer cette accumulation de liquide.

Inflammation : le gonflement se produit souvent en conjonction avec une inflammation des articulations ou des tissus de la jambe et est tout à fait normal, en fait c'est une réponse normale aux maladies ou aux blessures des membres, comme l'arthrite rhumatoïde, une fracture ou une luxation. Dans ces cas, le gonflement s'accompagne également de douleurs et de malaises dus à l'inflammation. Un autre processus inflammatoire à l'origine de ce type d'imperfections et de troubles est la panniculopathie fibreuse œdémateuse, mieux connue sous le nom de cellulite, qui n'est rien d'autre qu'une inflammation de la peau.

Gonflement des jambes

Gonflement des jambes

Symptômes

En plus de ce gonflement, qui est ressenti non seulement comme un malaise physique mais aussi esthétique, d'autres symptômes peuvent se manifester en même temps :

  • douleurs dans les jambes
  • engourdissement
  • rougeur
  • démangeaisons
  • éruptions cutanées
  • les ulcérations de la peau
  • essoufflement
  • douleurs articulaires

Facteurs de risque

Facteurs de risque

Facteurs de risque

Comme l'accumulation de fluides est souvent étroitement liée à la présence de maladies cardiovasculaires, ce sont les principaux facteurs de risque, mais ce ne sont pas les seuls :

  • insuffisance rénale aiguë et maladie rénale chronique.
  • cirrhose
  • insuffisance cardiaque
  • cardiomyopathie, péricardite
  • insuffisance veineuse chronique
  • thrombose veineuse profonde
  • thrombophlébite
  • lymphoedème (blocage du système lymphatique)
  • le syndrome néphrotique
  • l'hypertension pulmonaire

En plus de ces facteurs internes, il peut y avoir des causes externes, par exemple :

  • l'obésité
  • chimiothérapie
  • l'hormonothérapie
  • les médicaments sur ordonnance et les analgésiques
  • grossesse
  • rester assis longtemps (par exemple sur un long vol)
  • rester longtemps debout
Traitement des jambes gonflées

Traitement des jambes gonflées

Traitements

  • Drainage lymphatique : Il s'agit d'un massage de drainage manuel. Le massage est réalisé en pratiquant des mouvements de haut en bas pour faciliter l'élimination des liquides accumulés. La séance dure environ 1 heure, le patient doit simplement s'allonger sur une table de massage, de sorte que la procédure soit agréable et relaxante. Son but est de stimuler la microcirculation et l'oxygénation des tissus pour réduire l'inflammation et l'œdème. À la fin de la séance, les jambes seront plus légères et dégonflées et la cellulite pourra également être diminué. Cette technique est également indiquée pour le traitement des oedèmes postopératoires, notamment pour les patients ayant subi une liposuccion de la jambe. Le nombre de séances peut varier (de 6 à 10), ainsi que leur cadence, selon les besoins. Il peut également être combiné avec d'autres traitements sans problème car il ne présente ni contre-indications ni effets secondaires.
  • Pressothérapie : ce traitement est très similaire au précédent, mais la principale différence est que dans ce cas, ce n'est pas un opérateur qui effectue le massage, mais un appareil mécanique. Cette technique vise également à stimuler la circulation lymphatique, avec pour résultat de réduire à la fois la rétention de l'excès de liquide qui provoque le gonflement des membres inférieurs et la cellulite. La procédure est sûre, indolore et non invasive, elle convient donc à tous les patients qui ont besoin de sentir leurs jambes plus légères, dégonflées et moins fatiguées. Les cycles de sessions comprennent un minimum de 8 sessions, chacune pouvant durer environ 30-50 minutes. Les séances peuvent également avoir lieu 2 ou 3 fois par semaine en fonction des besoins et des objectifs du patient.
  • Carboxythérapie : il s'agit d'une thérapie infiltrante, qui est donc réalisée par de petites injections dans la zone à traiter. Même si l'utilisation d'aiguilles est nécessaire, cela ne signifie pas qu'il s'agit d'une procédure douloureuse ou invasive, au contraire : la guérison est immédiate et l'inconfort ressenti par le patient est pratiquement nul. Son nom vient du dioxyde de carbone qui, avec cette technique, est administré par voie sous-cutanée afin d'oxygéner les tissus et de réactiver leur métabolisme, augmentant également la vasodilatation et la lipolyse naturelle, de sorte que la microcirculation puisse en tirer pleinement parti. Il en résulte une plus grande tonicité et luminosité de la peau et une réduction visible du gonflement des jambes. Les applications de la carboxythérapie ne se limitent toutefois pas à la seule zone des membres inférieurs, mais il s'agit d'une technique très éclectique qui peut être utilisée pour l'ensemble du corps et à des fins très différentes. En outre, comme il s'agit d'une procédure non invasive, les effets secondaires sont minimes et de courte durée, ce qui en fait un traitement adapté à tous. Dans ce cas également, vous devrez effectuer un cycle de quelques séances, généralement de 6 à 8 séances.
  • Mésothérapie : dans ce cas également, nous sommes confrontés à une technique infiltrante, réalisée par des injections sous-cutanées non invasives. Comme le traitement précédent, celui-ci a une action drainante lymphatique et lipolytique, ce qui en fait une excellente option pour ceux qui souhaitent réduire la circonférence des jambes et la sensation de lourdeur et de gonflement. La différence est que le dioxyde de carbone médical n'est pas utilisé ici, mais plutôt des substances stimulantes et pharmacologiques qui ont une action différente selon leur formulation. En effet, la mésothérapie est utilisée non seulement pour stimuler la microcirculation des membres inférieurs, mais aussi pour le rajeunissement des cellules de la peau ou pour favoriser la pousse des cheveux. Les séances peuvent être effectuées toutes les 2 semaines ou une fois par mois. Les cycles comprennent normalement 10 séances, mais le nombre peut varier, mais les bénéfices sont déjà visibles après la première séance. Les effets secondaires sont minimes et rares, c'est donc toujours une technique adaptée à tous, indolore et non invasive.

"Les informations qui apparaissent sur ce site web sont données à titre indicatif et ne sauraient en aucun cas remplacer les informations que votre médecin, votre chirurgien ou votre spécialiste pourraient vous fournir. Si vous évaluez la possibilité d'effectuer un traitement ou une intervention médicale (également en cas de doute ou de question), adressez-vous directement à votre médecin spécialiste qui vous fournira les informations correspondantes. Multiesthetique n'approuve ni ne recommande aucun contenu, procédure, produit, avis, professionnel de la santé ou tout autre matériel et information figurant dans ce guide ou ailleurs sur ce site web."