Dr Sophie Loubeyres

Aucune recommandation
Pau
Le Docteur Sophie Loubeyres est un dermatologue conventionné secteur 1. Au fil des années, elle a pu renforcer ses acquis pour pouvoir répondre aux attentes de ses patients. Qualifications Le Docteur Sophie Loubeyres dispose de plusieurs diplômes. Elle a un Diplôme d’Études Spécialisées (DES) de dermato-vénérologie (université de Bordeaux), un Diplôme Universitaire (DU) de dermato chirurgie et un Diplôme Inter Universitaire (DIU) de... (cicatrice chéloïdienne Lot-et-Garonne)

Dr Mary-Florence Ferrando-Poingt

Aucune recommandation
Agen
Le Docteur Mary-Florence Ferrando-Poingt est un médecin spécialisé dans le domaine de la dermatologie et la vénérologie. Présentation Le Docteur Mary-Florence Ferrando-Poingt est hautement qualifiée pour réaliser des traitements et des interventions en dermatologie et en vénérologie. Après avoir obtenu ses diplômes, elle a pu travailler avec les meilleurs de son secteur d’activité pour acquérir de l’expérience et affiner ses techniques... (cicatrice peau mâte Lot-et-Garonne)

Dernières photos

Expériences phares

À la suite d'une coupure, j'ai une cicatrice chéloïde qui s'est formée sur mon torse, d'environ 4 cm de long et 1 de large. Pas très grosse, mais suffisamment pour me complexer à chaque fois que je me mettais en débardeur ou en maillot de bain... Puis entendre les enfants dire "ah regarde ce qu'elle a la dame c'est dégueu", ça n'arrange pas le complexe... C'est pour ça que je me suis tournée vers les injections de corticoïdes dans la cicatrice. J'ai fait 8 séances toutes les deux semaines, jusqu'à ce qu'elle soit bien réduite et plus lisse, puis j'ai arrêté. Je pense qu'il existe d'autres solutions, mais moi j'ai trouvé ça très bien.

En juillet 2012 je me fait opérer de nouveau de ma cicatrice chéloïdes, deux ans après la première intervention. Cette fois ce sera ablation, puis curiethérapie avec des injections de bléomycine chaque mois (la première fois c'était ablation + kénacort chaque mois, sans réussite). Après l'opération je suis emmené dans une clinique où je suis resté 3 jours, le temps de la curiethérapie. Les deux premiers jours furent assez douloureux à cause de l'ablation, j'ai du prendre des anti-douleurs pour calmer cela. Les premiers mois, ou au bout de 2 ans, je vois clairement la différence avec ma première opération : la cicatrice est moins grosse, semble stable. Malheureusement tout fini par repousser : la partie inférieure a arrêté de grossir, pas la partie supérieure qui va former une grosse boule sur la partie droite de mon visage, sous l'oreille. Nous sommes en avril 2017, je compte retourner enlever cette partie de ma cicatrice. En espérant que cette fois ça se stabilise comme la partie inférieure. J'ai d'autres cicatrices sur le corps, mais je ne peux pas cacher mon visage. J'ai été opéré les deux fois à l’Hôpital Privé des Peupliers à Paris, j'ai oublié le nom de la clinique parisienne pour la curiethérapie par contre. On m'a conseillé St Louis pour la prochaine opération, à voir.