Remportez jusqu'à 1.000€ sur votre traitement

Chaque mois, participez au tirage au sort.
Conservez votre facture facture et participez gratuitement !

Participer

Quoi de neuf ? Informez la communauté de vos avancées

1 août 2023 · Actualisation : 10 oct. 2023

Réduction mammaire et un complexe qui disparaît !

Vaut la peine
Tarif approx. : 500 €
141531
141530
141529
141527
141528
141526
141525
+7
141524
141521
141522
141523
141520

À propos du médecin

Le docteur Florence Lejeune est une chirurgienne pleine de talent et soucieuse de ses patients. Ses assistantes sont disponibles et bienveillantes. La clinique Brétéché est un lieu sérieux et sécurisant. Je n'hésiterais pas à retourner voir cette praticienne dans cette clinique si j'en aurais besoin dans le futur.

Bonjour,

Les partages que j'ai trouvé ici m'ont beaucoup aidé à appréhender mon opération de réduction mammaire. Il me tient à cœur de partager, à mon tour, mon expérience.

J'ai 37 ans, 3 enfants (que j'ai allaité 9 mois chacun), une vie bien remplie, et jusqu'à il y a peu, un tour de poitrine de 90G.

J'ai commencé à avoir des seins à 11 ans. À 13 ans, je faisais déjà un bonnet D, et ça n'a pas arrêté de pousser après cela. J'avais mal au dos, du mal à m'habiller, du mal à faire du sport, et je n'ai jamais vraiment assumé cette part de moi. Je la trouvais vulgaire. Je ne l'aimais pas et j'aimais encore moins les regards qu'elle attirait.

J'ai voulu me faire opérer dès 16 ans, mais chez moi, ce n'était pas possible, j'ai dû attendre d'avoir mes propres moyens pour l'envisager. La première fois que j'ai vu un "spécialiste", en 2008, j'avais 23 ans. C'était un chirurgien opportuniste qui manquait cruellement de délicatesse, je me suis sentie chosifiée et atteinte dans mon intimité. Il m'avait aussi dit que je ne pourrai pas allaiter. La peur de regretter est venue s'ajouter au malaise de départ, j'ai fuit !

En 2020, j'ai 2 enfants, et je suis toujours aussi incommodée par ma poitrine. À ce moment-là, je suis au plus fort de sa taille, 95H. Je décide de consulter sérieusement, un praticien que j'ai choisi. Je trouve le docteur Florence Lejeune à la clinique Bretéché à Nantes. Les commentaires de ses patients sont unanimes. Je prends rendez-vous pour octobre 2020.

Je ne regrette pas, le contact avec elle et son équipe est excellent, j'ai confiance. Elle est dynamique et a le souci des patients. À ce moment-là, elle expérimente de retirer les drains de la procédure de réduction mammaire. Elle me confirme qu'il y a bien 300g à enlever dans chaque sein, ce qui validera la prise en charge par la sécurité sociale. Je sors du cabinet convaincue et rassurée.

Quelques jours plus tard, je découvre que je suis enceinte... Je suis très heureuse, mais je dois attendre la fin de cet épisode de maternité pour envisager la réduction. La réduction mammaire est possible à partir d'un an après la fin de l'allaitement. Bébé arrive en juin 2021, je l'allaite jusqu'en mars 2022. Rendez-vous avec la chirurgienne en mars 2023 !

Nous sommes donc 3 ans plus tard et beaucoup de choses ont évolué dans la procédure, pour le mieux être des patientes : - l'opération se fait en ambulatoire - il n'y a plus de drains - pose d'un pansement permanent d'une semaine (et donc pas de soins infirmiers à prévoir) - elle propose le laser UrgoTouch pour améliorer l'aspect des cicatrices - ses honoraires ont augmenté, mais comme j'étais déjà une patiente, elle a fait un geste

Je lui décris les seins de mes rêves, fiers et insolents, mais surtout harmonieux, discrets. Je ne veux pas que ce changement saute aux yeux. Je fais un 90G à ce moment-là, nous convenons de viser un 95C-90D (gros C / petit D).

Nous prenons date pour l'opération : ça sera le 31 mai 2023. Je suis impatiente. Je repars avec mon dossier et des prescriptions. Il faut faire une mammographie avant l'opération.

À J-15, j'ai rendez-vous avec l'anesthésiste, et une dernière consultation de chirurgie pour vérifier que tous les voyants sont au vert.

À J-7, je dois me doucher quotidiennement avec un savon antiseptique et passer un spray asséchant sous les seins pour éliminer les macérations et risques de mycoses (cette procédure est très efficace).

Le jour J, rendez-vous à 6h30 à la clinique, je me prépare (je dois notamment enfiler des bas des contention) et on me conduit au bloc opératoire vers 8h. Le Dr Lejeune m'y attend avec l'infirmière et l'anesthésiste. Elle dessine sur moi les guides de l'opération et me demande ce que je veux comme musique. L'ambiance est détendue, je m'endors en confiance.

Je me réveille, en salle de réveil, vers 12h. Tout s'est bien passé. Je me sens très fatiguée, et j'ai des douleurs qui s'intensifient. L'infirmier me donne une pipette de nefopam (je pense) sous la langue.

On me ramène dans la chambre dans l'heure. Je me découvre, plus légère. J'ai une brassière et, en dessous, des pansements seconde peau transparents. J'ouvre la brassière pour voir : premier aperçu, mon téton gauche, c'est le mien à moi, je le reconnais et ça me rassure beaucoup. Le téton droit est un peu tuméfié, mais c'est aussi le mien. Puis j'évalue tout le reste. C'est harmonieux, les coutures sont à peine visibles. Les cicatrices sont grandes, mais moins longues que prévu. Ça reste impressionnant. C'est merveilleux.

Le Dr Lejeune passe me voir vers 15h. Elle me confirme que tout s'est bien passé et qu'il y a moins de cicatrices, car pas besoin de plus. Elle me laisse ses dernières recommandations (interdiction de lever les bras, de soulever des charges lourdes, de se baigner, de fumer).

Je sors de la clinique vers 16h (mon mari vient me chercher). Je me sens plutôt bien. Je peux prendre des douches à condition de ne pas trop frotter le pansement. Je ne peux enlever ma brassière que pour me laver d'ailleurs. Je dois aussi garder les bas de contention pendant 48h. J'ai fait une allergie au silicone des bas, heureusement que j'avais aussi des chaussettes de contention. Insomnie la première nuit. Les premiers jours sont brumeux, je jongle entre les antidouleur et les poches de glace, des poches de gel plutôt. Le froid est très très efficace; Astuce: je calais mes poches de gel entre ma brassière et une ancienne brassière, plus grande. Je finis par prendre le paracétamol à heure fixe. Je remplace par du nefopam quand la douleur est aigüe, en général pour la dose de nuit. À J+3, je sors de mon brouillard. À J+6, je me sens apte à sortir de chez moi (accompagnée) 183 J+7, consultation de contrôle avec la chirurgienne, son assistante me retire le pansement, nettoie: c'est parfait, encore tuméfié, mais en bonne voie. Elle me change de brassière, la première, en 95D, est un peu grande au niveau du bonnet, je passe à une 95C. J'en profite pour commander une seconde brassière identique. Je dois les porter jour et nuit le premier mois, puis au moins durant la journée le mois suivant. L'assistante me montre les soins de suite: pendant 1 mois, masser doucement 2 fois par jour les cicatrices avec de la crème cicatrisante (ici de la Cicalfate+). Au bout d'un mois, les cicatrices changenet d'aspect et épaississent (pas beaucoup), et le protocole change, avec une autre crème (Xéracalm), les massages sont plus énergiques (palpé roulé). Elle me dit que les seins prendront leur forme définitive vers 6 semaines.

À J+10, je retrouve un semblant de souplesse dans les seins, un début de sensibilité dans le téton gauche, et la douleur/appréhension ne sont plus présents en permanence, juste par moment, et le paracétamol suffit à les faire disparaitre.

À 6 semaines, effectivement, le sein retrouve une forme naturelle et une souplesse quasi normale. J'ai un RDV de contrôle. La chirurgienne me conseille le gel cicatrice d'Avène (vraiment top) pour masser les cicatrices. Les massages quotidiens doivent se prolonger jusqu'à 3 mois, après quoi, il sera possible de les espacer.

En terme de temps d'arrêt, j'ai eu 15 jours d'arrêt de travail (je fais un travail de bureau); j'ai dû reprendre très doucement, les premiers jours étaient épuisants. Au bout de ces 15 jours, on peut reprendre une activité douce, comme la marche. Interdiction de se baigner (piscine, mer, bain) pendant le premier mois. Le sport peut reprendre au bout d'un mois, mais avec une attention aux chocs. Perso, j'ai dû courir pour attraper un train à un mois de l'opération et j'ai regretté (douleurs internes pendant presque 2 jours). A 2 mois tout juste, j'ai pu reprendre la course à pied (avec un bon soutien gorge à fort maintien)

En terme financier, j'ai dû payer: - Dépassement mammographie: 56,17€ (finalement remboursés par la mutuelle) - Honoraires chirurgien: 2000€ (ma mutuelle m'a remboursé environ 1900€) - Honoraires anesthésiste: 380€ - Laser UrgoTouch: 480€, non rembouré (200€ pour un traitement partiel) - Soutien gorge supplémentaire: 64€ (Zbra Médical S/021, le premier était compris dans le prix de l'intervention) - Pharmacie : 90€ environ non pris en charge (reste à charges bas de contention, crèmes, savons)

Le bilan est sans appel pour moi: je suis mille fois satisfaite, esthétiquement et fonctionnellement. Néanmoins je ne regrette pas de ne pas l'avoir fait plus tôt, car l'évolution des techniques ces toutes dernières années (ambulatoire, passement, laser...) ont nettement contribué à faciliter la convalescence... et probablement améliorer le résultat final.

Les photos jointes sont prises avant l'intervention, puis après 1 jour, 2 semaines et 6 semaines. J'espère avoir été complète dans ce partage. Je serais heureuse de continuer à aider celles qui auraient des questions.

3

Commentaires (3)

Super pour vous !
J’ai aussi pris rdv mais il faut attendre le mois de décembre pour avoir un rdv avec le chirurgien !! J’ai hâte car je fais un 95E-F et j’espère un 95 C. Avez-vous pris rdv pour la mammo ou c’est un rdv pris par l’équipe médicale ?
En tout cas, bravo, c’est magnifique !
Répondre
Bonjour Sejalon, merci pour le compliment (qu'il faudrait destiner à la chirurgienne en fait 😁)

J'ai dû prendre RDV par moi-même. Je n'avais pas beaucoup de temps, 1 mois environ vu la date de l'opération convenue (pour des raisons personnelles).
Très difficile à trouver dans le coin par contre ! J'ai pu trouver au Centre d'imagerie médicale de Beauséjour à Saint Herblain.
Répondre
Ça y est, j’ai ma date d’opération, le 15 mars à Toulouse.
J’ai hâte maintenant.
Anesthésiste un mois avant.
Je fais un bon 95 E, j’espère un 95C.
J’espère que ça ira car j’ai programmé une cure thermale à la fin avril et je ne peux pas décaler….
Répondre

Cette histoire vous a plu ? Racontez-nous la vôtre ici !

Tout le contenu de cette page est généré par les utilisateurs réels du portail et non par des médecins ou des spécialistes.

Le contenu publié sur Multiesthetique.fr (site web et App) ne peut en aucun cas remplacer les informations fournies individuellement par un spécialiste en chirurgie esthétique et en médecine ou dans des domaines connexes. Ce contenu est purement indicatif et ne constitue pas un avis médical ni un service médical de référence. Nous faisons des efforts constants pour maintenir un haut niveau et une grande précision quant aux informations fournies. Toutefois, la précision et l'adéquation des informations contenues ou liées ne sont pas garanties. Multiesthetique.fr ne fait l'apologie d'aucun traitement médical spécifique, produit commercial ou service.